BRI de glace

BNF François Mitterrand – 23 juin 2015

L’exercice est terminé. Ou plutôt le spectacle. Comme des comédiens anxieux à l’issue d’une représentation théâtrale, les cadors de la BRI cherchent leurs proches dans le public. « Ça va, tu n’étais pas trop loin ? Tu as bien vu ? ». Les compagnes ont bien vu, oui, les amis aussi, mais vu la tenue, ils ne sont pas tous certains d’avoir repéré le « leur »… Ces flics d’élite qui protègent leur anonymat ont à peine relevé leurs cagoules pour venir les embrasser. Qu’importe, on fait des photos sur le parvis de la BNF.

C’est jour de fête pour la Brigade de Recherche et d’Intervention, créée il y a tout juste 50 ans, mais aussi pour les familles qui, à l’évidence, n’ont jamais l’occasion de les voir directement en action. Ou alors dans les pires circonstances, étouffés d’angoisse devant la télé.

Six mois après, les attentats du mois de janvier hantent bien sûr toujours les esprits. D’autant que pour cet anniversaire, la BRI a choisi de simuler la résolution d’une prise d’otage. Un speaker décrit l’action pour le public mais il suffit de voir ces colonnes d’hommes en noir courir en file indienne pour que surgissent immédiatement les images de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, le 9 janvier dernier. La BRI était intervenue avec le RAID.

Drôle de frisson.

Le soleil brille, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, et une cohorte d’officiels assistent à l’événement, mines graves. Il y a des coups de feu à blanc, des corps allongés, maîtrisés. Les caméras tournent, toujours. Furieux souvenirs.

Ceux qui passent là par hasard regardent d’abord d’un œil inquiet ce déploiement policier d’envergure, avant de voir les panneaux qui annoncent l’exercice en cours, la bannière qui rassure.

En janvier, les policiers étaient applaudis dans la rue. Comme si une bonne partie de la population s’étonnait qu’ils soient courageux, ou compétents. Ils ne sont pas devenus des saints, mais ils ont l’air de savoir ce qu’ils font. Ce n’est pas donné à tout le monde.

Renaud, chanteur aujourd’hui plus désabusé qu’énervé, et proche de l’équipe de Charlie Hebdo, est en train d’écrire un disque. L’une des chansons s’intitule, paraît-il, « J’ai embrassé un flic ». On imagine bien tout ce qu’il y a d’étonné d’être surpris derrière ce titre.

C’est la France de 2015. « Tu as bien vu ? ». Oui, on a tous bien vu.

Une réflexion au sujet de « BRI de glace »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>